Accueil > Sécurité routière > Allumage des feux de jour > Allumage des feux le jour : la grande illusion

Allumage des feux le jour : la grande illusion

jeudi 16 septembre 2004, par emma.

0,00331 x (degré latitude)2,329. C’est le nombre de vies qui seront épargnées, selon le Gouvernement, par l’allumage systématique des feux de croisement des automobiles en plein jour ! Une formule magique à l’aspect scientifique, fondée sur des arguments qui restent pourtant très contestés.

Des études, menées dans d’autres pays européens, auraient démontré l’intérêt de cette nouvelle mesure. Mais, la Commission européenne, qui en était pourtant le commanditaire, a décidé de suspendre sa directive sur l’allumage des feux de jour pour tous. Les recherches complémentaires, conduites depuis, par deux sociétés hollandaises, ont abouti à cette belle équation mathématique. Là encore, les résultats sont vivement contestés par les associations européennes, qui leur reprochent de s’appuyer sur des expériences en salle, pendant lesquelles le visionnage de photographies pouvait difficilement recréer des conditions réelles de conduite…

En ce qui concerne l’expérience menée dans les Landes, elle était considérée jusqu’à l’année dernière comme inexploitable par le Ministère des transports. En cause notamment, l’échantillon trop petit qui a été utilisé pour en étudier l’impact et qui, d’après l’auteur du rapport lui-même, rend « la validité des résultats questionnables ».

JPEG - 27.2 ko
Dessin : Nikolaz

Un peu de bon sens

Depuis plusieurs années, piétons, cyclistes et motards sont appelés « usagers vulnérables », en référence à l’absence de carrosserie pour les protéger et à leur faible gabarit. La fréquence des accidents a conduit les pouvoirs publics à imposer, il y a 30 ans, l’allumage des feux de croisement sur les motos et à recommander le port de bandes réfléchissantes pour les cyclistes. Si le Ministre des Transports se félicite que sa nouvelle proposition permette à tous les usagers de « mieux identifier les automobiles », tout porte à croire qu’ils seront eux-mêmes moins bien « identifiés ».

L’allumage des feux de croisement en plein jour ne règlera d’ailleurs pas les cas de choc entre deux véhicules, dont l’un des conducteurs n’a pas vu l’autre, plus souvent par manque de vigilance que par défaut d’éclairage.

Aux experts du Conseil National de la sécurité routière, jugeant « anormal qu’une catégorie qui représente moins de 1 % du trafic, refuse à la majorité des usagers le bénéfice » de cette mesure, il conviendrait de rappeler que la plupart des motards sont également automobilistes. Lorsque le Gouvernement prévoit de les mettre en danger pour épargner « 40 vies » d’automobilistes, ils peuvent se demander si le prix à payer pour leur hypothétique sécurité en voiture ne sera pas leur propre mort en deux-roues, en vélo ou à pied.

Face à l’avalanche de protestations, Gilles de Robien affirme désormais que cette mesure s’appliquera essentiellement « en hiver, quand il pleut, qu’il neige ou qu’il y a du brouillard ». Il tente ainsi de se rapprocher des dispositions déjà prévues par le Code la route et prises en compte par les constructeurs d’automobile, qui proposent maintenant des véhicules équipés de dispositifs d’allumage automatique des feux en cas de mauvaise visibilité.

Forte du succès rencontré par la pétition qu’elle a lancée auprès des automobilistes (des milliers de signatures recueillies en un week-end), la FFMC organisera des manifestations, les 18 et 19 septembre dans toutes les grandes villes, et appelle l’ensemble des usagers à boycotter l’allumage des feux de croisement en plein jour.

La manifestation montpelliéraine se regroupera à 14 heures aux Arceaux.


Zip - 449.7 ko
Dossier de presse
Fichier Word zippé
SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0